La pose longue en photographie

Techniques - Article - Lundi, 12 Novembre - 14:08

pause longue, photographie

La pose longue

Produire un bon cliché lorsque la luminosité vient à manquer peut s’avérer très compliqué, de même créer une image où se marient zone de floue et zone nette est souvent un challenge. Pour pallier ces problèmes qui sont le lot de tout photographe professionnel ou amateur, il existe une solution : la pose longue. Comme son nom l’indique cette technique oblige le photographe à prendre son temps. Il n’est pas question de prendre un cliché en une seconde. Réaliser ce genre de photo nécessite un matériel de qualité, connaître la loi de la réciprocité et avoir quelques notions de mathématique.

 

La photographie en pose longue

 

Cette technique un peu particulière, consiste à fixer un appareil photo, de préférence un réflex, sur un socle fixe, tel qu’un trépied. L’intérêt d’utiliser cet outil consiste à stabiliser l’appareil, afin d’éviter tout flou. Puis, il faut appliquer un temps d’obturation relativement long pouvant aller de plusieurs secondes à plusieurs minutes. La lumière circule en plus grande quantité à travers l’objectif de l’appareil. Cette technique est particulièrement utile pour prendre une photo alors que la luminosité n’est pas assez importante, ou alors pour créer des effets artistiques.

 

Réaliser une photographie en pose longue

  

Le matériel

 

Ce type de technique nécessite un bon appareil. Un Reflex parait être le minimum pour obtenir une photo de qualité. Sur la plupart des bons Réflex les utilisateurs pourront trouver une pose T. Cette dernière permet de déclencher l’ouverture et la fermeture de l’obturateur et ce de façon manuelle. Pour utiliser cette option de manière optimum, il est fortement recommandé d’utiliser une télécommande.

 

La pose longue est probablement l’une des seules à rendre l’usage du trépied quasiment obligatoire. Le trépied est plus que conseillé car il permet de stabiliser le boitier. Dans les conditions de la pose longue, la quantité de lumière qui traverse l’objectif est tellement importante que le moindre vacillement de l’appareil donnerait une image floue et un cliché raté.

 

Dans le cas où la luminosité est plus forte que prévu, il est conseillé de s’équiper de filtres. Le but étant de faire baisser la quantité de lumière pénétrant l’objectif. Il est possible de cumuler deux filtres. Dans le cas de cette superposition, la valeur des deux filtres se multiplie.

 

 

 

Les premiers réglages

  

Dans le milieu professionnel, la majorité des photos passent par un traitement par ordinateur, il en va de même pour les photographies en pose longue. Il est donc important de choisir un format RAW. Ce type de format permet de faire des corrections beaucoup plus précises de l’image. Ce format est utilisé par les photographes professionnels pour optimiser leurs images et avoir plus de possibilités de traitement qu'avec un format JPEG ou TIFF.

 

Avant de prendre une photo, le photographe doit s’assurer de réduire le bruit. En effet, la pose longue génère du bruit car le boitier chauffe. Certains Réflex sont équipés d’une fonction « réduction du bruit » qu’il faut donc enclencher. Si le boitier utilisé ne possède ce type de fonction, il est alors à la charge du photographe de supprimer le bruit sur un logiciel de traitement.  

 

Pour obtenir le meilleur résultat possible, il est fortement conseillé de régler l’appareil sur la sensibilité la plus basse possible. En fonction des appareils, cette valeur n’est pas la même. Pour certains boîtiers  la sensibilité la plus basse est de 50, pour d’autres 100 ou encore de 200.

 

Afin d’éviter le phénomène de diffraction, il est préférable de choisir des valeurs telles que f/5,6 ou f/8 ou encore f/11. En choisissant les valeurs précédentes pour l’ouverture du diaphragme, le photographe s’assure le meilleur rendu possible. 

 

En dernier, la balance des blancs peut être positionnée sur automatique sans état d’âme, car un traitement de l’image sur ordinateur paraît inévitable. Il sera donc possible d'ajuster de la colorimétrie plus tard.

  

 

 

La phase de calcul

 

Avant tout calcul, il faut connaître la valeur des filtres installés. Pour cela, il ne faut pas oublier que les deux valeurs se multiplient. Ainsi, l’utilisation d’un filtre ND10 et un filtre ND100, donnent une valeur de ND1000.

 

Par la suite, si le photographe choisit un ISO 100, le temps d’exposition sans filtre avec cet ISO est de 1/10eme de seconde.

 

A partir de là, il est possible de calculer le temps de l’exposition.

 

Il s’agit de multiplier les filtres : ND10XND100= 1 000

1 000X1/10= 1 000

Pour convertir en minutes

1 000/ 60= 16,66

Pour convertir en seconde

0,66X60=39,6

  

 

 

Enclencher la prise de photo

 

Une fois toutes les étapes précédentes accomplies. Il est important de faire une photo test qui amènera probablement quelques modifications quant aux réglages. L’appareil une fois réglé, et le calcul concernant le temps de l’exposition réalisé, il n’y a plus qu’à enclencher. Pour les photographes possédant une télécommande, il ne reste plus qu’à chronométrer le temps d’exposition et d’enclencher la fermeture de l’obturateur. 

pause longue photographie , pose T, Reflex, calcul de l’exposition, photographie, cliché, photo, réglage boitier pause longue
Les solutions de communication du mag LSP
Vous souhaitez être visible sur cette emplacement
Ipad
Cube Média
Devenez annonceur sur le MAG LSP Contactez Visibility Internet 09 70 38 08 23
Suivez l'actualité LSP
Abonnez vous à LSP
Rejoignez LSP sur Twitter
Abonnez-vous à LSP sur Google+