Comment photographier des danseurs ?

Techniques - Article - Lundi, 26 Mai - 16:56

Photographier, danseur de ballet, danseur de rue, réglage du boitier

Photographie de danse

Photographier des danseurs d’opéra ou des danseurs hip hop ne relève pas tout à fait du même exercice. Toutefois dans un cas comme dans l’autre, il s’agit pour le photographe de capter les mouvements d’un artiste qui ne cesse de bouger. Un exerce compliqué pour le photographe, d’autant plus que les gestes sont généralement rapides et coordonnés. Il faut donc capturer un moment sans savoir quel sera le mouvement qu’exécutera le danseur.

 

La préparation une étape clé dans la réussite de photos de dance

 

Avant de se lancer dans l’aventure de la photographie de danse, il faut tout d’abord se renseigner. S’agit-il d’une démonstration en plein air ? Ou alors d’un spectacle dans une salle ? Y aura-t-il une scène ou non ? Photographier une démonstration de break dance en pleine rue nécessite peu de réglages, et bien souvent il suffit de se fier aux réglages automatiques. En revanche, pour photographier des danseurs dans une salle, il faut prendre en compte plusieurs critères pour réussir ses photos :

 

      • Combien de personnes seront sur scène ?
      • Quelle est la dimension de la scène ?
      • La luminosité sera-t-elle importante ?

 

Le but est donc d’anticiper autant que possible le matériel à emmener et les réglages à effectuer. C’est aussi le meilleur moyen d’éviter les mauvaises surprises.

 

Proscrire le flash

 

Les adeptes vont être déçus, mais pour ce type de photographies, le flash ne sert à rien et surtout gêne tout le monde. L’utilisation du flash entraîne un surplus de lumière à la photo la rendant ainsi disgracieuse et surtout cela donne une impression d’éloignement assez gênante pour une photo sensée transmettre l’émotion qui transite par la danse. Enfin, le flash va également gêner le danseur. Autant dire qu’il y a tout à perdre en sollicitant une trop grande entrée de lumière.

 

Prendre un cliché par action : la mauvaise idée

 

Les chances de réussir une photo de danse du premier coup sont quasiment nulles. Alors pour mettre toutes ses chances de son côté le mieux est encore d’activer le mode « rafale ». En mitraillant son modèle, le photographe pourra alors capturer le bon moment, le bon geste, la bonne attitude…

 

Le flou peut être un vrai plus dans la photographie de danse

 

C’est assez rare pour être dit, le flou n’est pas toujours une mauvaise chose ! En photographie de danse cet effet peut apporter beaucoup au cliché. En effet, en créant un effet de flou, le photographe pourra ainsi montrer le mouvement ou le chemin pris par le danseur entre le moment où le photographe a appuyé sur le bouton et celui où l’obturateur s’est fermé.

Photographier, danseur de ballet, danseur de rue, réglage du boitier, photographie de danse
Les solutions de communication du mag LSP
Vous souhaitez être visible sur cette emplacement
Ipad
Cube Média
Devenez annonceur sur le MAG LSP Contactez Visibility Internet 09 70 38 08 23
Suivez l'actualité LSP
Abonnez vous à LSP
Rejoignez LSP sur Twitter
Abonnez-vous à LSP sur Google+